Giorgio Moroder – From here to Eternity (Juillet 1977)

Pourquoi la pochette m’a marqué?
Tout d’abord cette pochette m’a interpellé par la moustache. Est-ce une vraie? une fausse? Ensuite les lunettes avec reflet d’une fenêtre, la coupe de cheveux style Soul Gro du film « un prince à New York » et l’attitude du personnage qui transmet avec assurance que ce vinyle est parfait. J’aime aussi la typographie de son prénom et la palette de couleurs. En la regardant avec une vue d’ensemble, sans savoir pourquoi, l’esthétique me fait penser à Robocop.
*D’avant-garde cette pochette a été conçue en 1977 même si elle fait très année 80.

Qui est Giorgio Moroder?
Producteur et compositeur ultra connu, et j’en avais franchement aucune idée lors de mon achat. Il a notamment collaboré avec David Bowie, Blondie, Cher, Janet Jackson, Elton John, France Gall… Cet Italien moustachu a fait son nom en s’associant avec Donna Summer pour faire des hits comme: Love to Love You (1975), I Feel Love (1977), Hot Stuff (1979) et j’en passe. Il a aussi composé une quinzaine de bandes originales pour lesquels il a gagné des Oscars ainsi que des Golden Globe: Midnight Express (1978), flashdance (1983), Top Gun (1987). De plus il a composé l’hymne officiel des Jeux Olympiques de Los Angeles (1988) et les Jeux Olympiques de Séoul (1990). Personnage mythique dans la musique, il est l’un des architectes de la musique électro-disco ou Eurodisco-électro.

Critique de « From here to Eternity »?
Acheté pour 2$, il se vend sur Ebay plus de 20$, était-ce un signe que le disque allait être bon? Oui, le disque se traduit par une suite de hits dansant du début à la fin. Un mélange d’Eurodisco-électro, d’une multitude de keyboards, des choeurs de femmes aux jolies voix et d’effets futuristes. Encore aujourd’hui ce disque n’est pas démodé surtout avec le retour des années 80. Les pièces s’enchaînent sans qu’on s’en rende compte. Dès qu’on commence le vinyle on apprend, avec surprise, qu’il est déjà terminé. Le choix des sons, la groove soutenue, la voix ratoureuse de Giorgio, le sens du hook et de la mélodie me permet d’affirmer qu’il a le droit d’avoir cette attitude de vainqueur sur la pochette.

Je retiens la chanson titre « From Here to Eternity« , « Utopia – Me Giorgio« , « I’m Left, You’re Right, She’s gone » et « Too Hot to Handle« (<— Joie Joie Joie).

Phrases marquantes écrites sur le vinyle?
« Only electronic keybords were used on this recording » & « From Here to Eternity » que j’approuve!

Cote: 10/10 
*Ça commence bien, ce projet de critique de vinyles en me basant uniquement sur les pochettes.

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Giorgio Moroder – From here to Eternity

3 réponses à “Giorgio Moroder – From here to Eternity (Juillet 1977)

  1. Le gars de la pochette ressemble un peu à Bruno Blanchet !

  2. Ne te pose plus la question, c’est une authentique vraie moustache. Et s’il a l’air si sérieux, c’est parce que c’est un Italien dont la langue natale est l’Allemand. Ça explique aussi son penchant pour les synthétiseur, popularisés à la même époque par Kraftwerk, eux complètement Allemands.

    À cette époque, Moroder n’en était déjà plus à ses débuts. Outre ses nombreux hits avec Donna Summer, il a aussi publié cet inoubliable hymne au rock’n’roll américain des années ’60: Looky Looky (1969).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s