Archives de Tag: 1988

Fat Boys – The Twist (1988)


Pourquoi la pochette m’a marqué?
En regardant les vinyles au Village des valeurs sur le boulevard des Laurentides à Laval, je n’avais pas l’intention d’en acheter un. J’avais seulement 3 dollars sur moi, et je désirais m’acheter un chandail en laine avec des flocons de neige pour le temps des fêtes. Mais quand je suis tombé sur le vinyle des Fat Boys, tous mes plans ont fondu comme un glaçon sur le ventre d’une hot lady. (Référence au film Hot Shot à 0:32 http://www.youtube.com/watch?v=8oTbih9goco)

Premièrement pochette sur fond blanc, c’est comme un clip de C & C Music Factory, ça fait très début des années 90. Moi les fonds blancs ça m’interpellent, ça m’accrochent. Ensuite comment ne pas succomber à ces 3 gros garçons rondelets. Je suis certain que leurs mamans les aiment et les trouvent tous très mignons. J’adore celui de gauche, on dirait qu’il fait le mouvement «Oui papa». Pour celui du centre, qui ressemble vraiment à Fat Albert, on dirait qui lâche un gros pet. La position de sa jambe et son sourire de surprise me font dire qu’il a été pris en photo en pleine action. J’imagine qu’il n’avait pas prévu le coup comme cette demoiselle. Je souhaite aussi faire une mention à la palette de sa casquette vers le haut, un style qui devrait revenir à la mode selon moi. Finalement celui de droite me fait penser à Notorious B I G par son sourire, son bling et la forme de son bédon. Concernant le verso du vinyle, on nous montre comment danser le twist avec des dessins de pas de danse. Soulja Boy peut se rhabiller avec son Crank that.

Qui sont les Fat Boys?
Originalement connu sous le nom de The Disco 3, Mark «Prince Markie Dee» Morales, Damon «Kool Rock-Ski» Wimbley et Darren «The Human Beat Box» Robinson, ont gagné un concours à Radio City Music Hall en 1983. Ils attireront l’attention surtout à cause des talents de Darren pour improviser des beats hip hop avec sa bouche. Suite à une facture de 350$ dans un hotel pour «extra breakfast», le groupe change de nom pour Fat Boys. Dès 1984, ils sortiront leur premier disque «The Fat Boys» qui connait un succès grâce à leurs humour et leur sens du divertissement. C’est à ce moment qu’il partage la scène avec L.L. Cool J, Whodini et Run DMC. Ils atteindront leur plus gros succès commercial avec le disque «Crushin’» en 1987. On retrouve notamment une collaboration avec les Beach Boys sur l’amusante pièce «Wipeout». Durant la même année, ils joueront dans le film «Disorderlies» qui a l’air franchement platte mais que je veux vraiment voir. Par la suite, ils essayeront de répéter la formule de «Cruisin’», soit reprendre une chanson connue. Le succès s’estompe, les fans n’embarquent plus du tout et le groupe se séparera. Par la suite, Prince Markie Dee sortira 2 disques solos de R&B tandis que pour Darren Robinson décèdera en 1995 suite à une maladie rare (Lymphoedème).

Critique de The Twist?
«The Twist» est un vinyle-single qui présente 4 versions de cette chanson qui est un cover de Hank Ballard. J’ai trouvé les versions des Fat Boys peu impressionnantes et sans grand intérêt. Je trouve même tout le package (pochette/chanson/clip) trop caricatural et trop enfantin (style Crazy Frog). La dernière version style Buffapella de «The Twist» est fait au beat box, le 4 minutes 15 est long.

Je retiens pas grand chose.

Phrase marquante écrite sur le vinyle?
With stupid def vocals by Chubby Checker

Cote: 3.5/10  
*Préfère apprendre la danse de Soulja Boy que le twist de Fat Boys.

Poster un commentaire

Classé dans Fat Boys - The Twist (1988)

Jermaine Stewart – Get Lucky (1988)

Pourquoi la pochette m’a marqué?
C’est l’ambiguïté de Jermaine qui m’a interpellé. Est-ce une femme? Est-ce un homme? Est-ce une nouvelle race de personne qui se nomme les «Jermainiens»? Ce qui m’a motivé à faire cet achat c’est son regard coquin, discret et remplie de complicité comme si il me disait «Hey Pellep Pellep Pellep, ma musique va satisfaire toutes tes attentes!». Je n’ai pas le choix de souligner certains autres détails qui ont influencé l’achat tels que: son petit bandeau dans les cheveux, sa belle grosse boucle d’oreille, son foulard style Tupac dans le cou, son chandail de matelot rayé avec une grosse encolure et sa moustache qui est si féminine (oui oui). Est-ce que je m’attendais à entendre une musique punk à cause de son jacket en cuir avec des studs? Pas du tout, je m’attendais à de la musique siroteuse avec une petite voix gentille.

Qui est Jermaine Stewart?
Né en 1957, Jermaine Stewart a fait ses premiers pas dans la musique en faisant les backvocals pour Milie Jackson, the Temptations, Boy George… C’est grâce à ce travail dans l’ombre qu’il obtient son premier contrat de disque avec Arista Records. Il obtient un succès avec la pièce «The Word Is Out» mais c’est sur son deuxième album «Frantic Romantic» que figure son plus gros hit «We Don’t Have To Take Our Clothes Off». C’est avec cette pièce qu’il vend plus de 1 million d’album. Par la suite sa pièce «Say It Again» qui figure sur son troisième disque, lui amène à faire une tournée internationale. Son dernier disque «Set Me Free» ne verra jamais le jour à cause du peu de ventes de son single.

Jermaine Stewart est décédé du SIDA relié à un cancer du foie à l’âge de 39 ans. Il y a eu en 2005 une compilation en son honneur orchestré par ses frères.

Critique de Get Lucky?
«Get Lucky» est en fait un vinyle-single comprenant 4 chansons pour une durée de 18:02. La chanson titre de ce vinyle «Get Lucky» est une excellente pièce ainsi que le remix. La principale qualité de mon ami Jermaine, que j’aime prononcé comme Germaine, est le sens du hook dans ses refrains. On parle de magie, de pluie d’étoiles et de sincérité qui me fait planer au-dessus du sol d’un bon gros centimètre. Sur les 4 chansons du vinyle-single, elles ont toutes un point en commun, la saveur ultra année 80 (j’adore le saxophone dans «Imagine»). On peut voir une grande ressemblance à Michael Jackson dans la voix de M. Stewart, surtout dans la pièce «Say It Again (remix)». Je pense même que je vais resortir mes souliers qui font de la lumière et louer le film Wedding Singer.

Je retiens: «Get Lucky» & «Imagine»

Phrase marquante écrite sur le vinyle?
Join the Jermaine Stewart fan club?

Cote: 7 regards coquins /10
*Une moustache peut être féminin
** Je veux la coupe de cheveux qu’il a dans son clip «Get Lucky»

Poster un commentaire

Classé dans Jermaine Stewart – Get Lucky (1988)